Return to site

Nos Petits conseils...

Après un entretien, un courrier pour faire la différence

Après un entretien, un courrier pour faire la différence

Vous sortez d’un entretien qui s’est bien passé. Le poste vous motive tellement que vous avez décidé de faire partie de la minorité des candidats qui veulent marquer positivement leur interlocuteur en leur envoyant un courrier. Vous avez raison. Afin de mettre toutes les chances de votre côté, suivez ces quelques conseils qui transformeront votre lettre en un argument fort qui va bien au-delà d’un simple mail de remerciement.

scalenes cabinet  de conseil en ressources humaines recrutement et coaching

Un outil pour convaincre de votre motivation

Le travail pour assurer une suite favorable à votre entretien commence dès l’entretien, notamment en prenant un certain nombre d'engagements mutuels avec le recruteur en toute fin de la rencontre. En effet, c’est le moment où vous allez pouvoir valider un certain nombre de points clefs, tels que la suite du processus de recrutement, les modalités de relance ou les actions que chacun mettra en œuvre. Le recruteur, par exemple, peut s’engager à répondre en précisant par quel canal et dans quels délais. Le candidat, quant à lui, peut aussi s’engager à reprendre contact, à commencer par annoncer l’envoi de son courrier. Il s’agit là de la meilleure manière de conclure votre première rencontre.

Il sera en effet de bon ton de prolonger votre échange, dans un délai court d’un ou deux jours, par un mail de remerciement. Annoncé dès la fin de votre échange avec le recruteur, il sera d’autant plus efficace qu’il ira au-delà du seul remerciement de vous avoir reçu en entretien. Bien travaillé, il pourra même constituer un élément décisif qui finira de convaincre l’entreprise. Dans l’idéal, il comporte 5 parties :

- Remerciez votre interlocuteur pour l’entretien qu’il vous a accordé.

- En quelques lignes, précisez ce que vous retenez du besoin exprimé par le recruteur : contexte, enjeux, problématiques, compétences-clefs…

- Avancez ensuite les arguments que vous avez pu développer en entretien en réponse à ce besoin. C’est-à-dire les points clefs votre argumentation. C’est aussi le moment où vous pouvez ajouter des points que vous auriez oublié. Bref, c’est l’espace où vous démontrez une nouvelle fois que vous êtes à même de répondre aux attentes spécifiques de votre interlocuteur,  dans le contexte précis qui vous a été décrit.

- Logiquement, au regard des éléments développés précédemment, réaffirmez votre motivation à rejoindre cette entreprise.

- Comme convenu ensemble, rappelez les échéances sur lesquelles a communiqué l’entreprise et votre engagement de revenir vers elle au-delà du délai communiqué.

Une démarche sans risque qui peut faire toute la différence

Si l’entretien a mis à jour ou laissé des zones d’ombres, c’est aussi le meilleur moyen d’anticiper les questionnements à venir lors des prochaines étapes, voire de proposer des solutions alternatives lorsque des doutes subsistent. Le petit plus sera de terminer par une question ouverte qui peut permettre de continuer la conversation ou d’obtenir une réponse plus rapidement.

On ne rappellera jamais assez à quel point cette démarche peut être décisive. Souvenez-vous d’abord que rares sont ceux qui prennent le temps d’envoyer un courrier. Comprenez surtout que ce type d’action ne vous desservira jamais. Dans le pire des cas, votre message restera lettre morte et ne comptera pas. Cependant, la majorité des recruteurs ne peut qu’y être sensible. Encore plus si votre message est pensé comme la synthèse pertinente de votre échange. J’ai pour ma part fait partie de ces recruteurs qui, pour certains postes, demandaient aux candidats de faire cet exercice sous la forme d’une synthèse de l’échange que nous venions d’avoir. Les retours étaient toujours très éclairants et donnaient de sérieux indices sur la motivation des candidats. Bien évidemment, ne pas respecter les engagements que vous aurez pris deviendra alors totalement rédhibitoire. Relancez à l’échéance convenue, sans pour autant devenir harcelant ou intrusif.

Dans certains cas, en général des postes stratégiques pour lesquels vous êtes en contact avec un décideur, vous pourrez même aller au-delà de ce message. A l’instar du professionnel qui serait déjà dans la fonction, vous pourrez continuer à alimenter les échanges par des réflexions nouvelles, des retours sur l’actualité, des compléments d’informations ou de nouvelles rencontres.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly